Loading...
/Comment réussir la refonte de son site internet ?

Comment réussir la refonte de son site internet ?

Repenser entièrement son site pour des raisons techniques ou ergonomiques est une étape généralement inéluctable au cours de la vie d’une société. Elle peut-être motivée par des changements d’algorithmes qui imposent de nouveaux critères (comme le responsive design ou la version mobile) ou tout simplement par un accroissement de l’activité qui nécessite de revoir l’arborescence. Dans tous les cas, la refonte d’un site web n’est pas une banalité et nécessite une grande préparation en amont afin d’éviter un désastre en termes de référencement naturel. Mais n’ayez crainte, lorsqu’il est bien fait, le processus est le plus souvent sans douleur !

Sommaire :

refonde-de-site

Voici quelques étapes spécifiques que vous devez planifier avant la migration, pendant le lancement et après la mise en production. Cela vous aidera à diminuer les risques pour préserver votre activité.

Dans tous les cas, la refonte d’un site web n’est pas une banalité et nécessite une grande préparation en amont afin d’éviter un désastre en termes de référencement naturel. Cliquez pour tweeter

Que faire avant une refonte de site ?

Établir un cahier des charges

Il existe donc plusieurs raisons pour lesquelles pourriez être amené à vous lancer dans une refonte : expérience utilisateur, améliorations SEO, évolution de l’activité, besoin marketing (merchandising, etc..). Définir le réel objectif de cette migration est la première étape, elle vous permet d’avoir une base de référence et un point de repère à comparer après le lancement.

La plupart des projets web suivent une planification spécifique ou une méthodologie agile. Ce projet est généralement porté par un ou plusieurs services et coordonné par une personne technique ou du pôle digital. Recenser les besoins dans un cahier des charges est indispensable. A chaque étape, les intérêts SEO doivent être abordés afin de faire concorder les besoins des services aux besoins des moteurs de recherche.

Définir l’architecture du contenu et de l’information

Vous connaissez la thématique de votre site, mais n’êtes pas forcément fixé sur la manière dont il faut la construire pour répondre aux attentes de Google et des internautes. Réfléchir à cette deuxième étape est indispensable. C’est grâce à elle que vous pourrez contextualiser l’objet du site web dans son ensemble ainsi que les thèmes et sous-thèmes qui sont essentiels pour un bon référencement naturel. En repensant le plan global du site, vous vous assurez que les pages importantes à forte valeur SEO ne subiront pas de régression sur la nouvelle version, de même que les catégories et produits du site qui ne devront pas perdre en PageRank interne.

Pour ce faire, commencez par le plan du site actuel et travaillez avec votre équipe sur les exigences pour le nouveau plan du site, car ce sera votre guide pour le reste des étapes dans le processus de refonte. Vous pouvez vous aider d’outils de crawl comme ScreamingFrog, Botify ou Oncrawl, qui vous permettront d’obtenir une liste exhaustive des URLS que comporte votre site ainsi que leur niveau de profondeur. A partir de là, vous pourrez repenser le plan en veillant à ne pas rendre plus profondes les pages importantes.

Optimisation des pages et maillage interne

Parfois, lors d’une refonte, certains propriétaires de site ont tendance à tout miser sur le design. Or, il est important de maintenir la pertinence du contenu par rapport à l’intention de l’utilisateur. Lorsque vous savez quelles catégories sont vouées à changer, vous devez veiller à protéger ou optimiser de manière proactive au niveau de la page les éléments spécifiques qui aident à la pertinence, à savoir : l’URL, le titre de page, la méta description, le corps du texte, l’attribut ALT, etc.

Le plan de redirections

Lors d’une refonte de site, il est rare de pouvoir se passer d’un plan de redirections, sauf si celle-ci touche uniquement au design du site. Mais lorsque vous touchez au plan du site ou à certaines catégories, établir une liste des URLS qui doivent être supprimées ou redirigées est indispensable. Auquel cas, vous pourriez vous retrouver avec une flopée d’erreurs 404 qui ne plaisent ni à Google, ni aux internautes. De plus, cette liste vous permettra de prendre la mesure du nombre de liens externes qui sont envoyés vers ces pages. Il est important de s’assurer que toutes les pages qui reçoivent des backlinks sont correctement redirigées car nous n’avons pas toujours l’opportunité de demander une mise à jour des liens vers la nouvelle URL de la page de destination. Si vous administrez un gros site web, cette étape sera probablement l’une des plus intensives et chronophages du processus de refonte.

refonte-de-site-rediredtion

Pour établir votre plan de redirections, utilisez le crawl que vous avez fait plus tôt pour votre sitemap. Si vous supprimez une catégorie, les URLS seront très faciles à trouver. Si vous apportez des modifications plus subtiles qui peuvent vous faire perdre le fil, effectuez deux crawls sur votre pré-production : un avant et un après les changements. Vous verrez de ce fait les URLS “perdues” entre les deux crawls.

Vous pouvez également obtenir beaucoup d’informations de Google Search Console et Bing Webmaster Tools sur les pages que les moteurs de recherche parcourent en permanence, pour vous assurer de ne manquer aucune redirection. Une fois toutes les redirections listées, vérifiez qu’elles sont mises en place au niveau du serveur ou dans un plug-in si vous utilisez un CMS.

L’échec d’un plan de redirection est un cas très fréquent lors d’audits SEO post-refonte. Ne négligez donc pas cette étape car il est difficile de réparer les dommages lorsqu’ils ont déjà été pris en compte par les moteurs de recherche (des pages désindexées faute de code 200 ou 301 par exemple). Et même lorsqu’il est possible de rattraper le coup en mettant en place les bonnes redirections, c’est un temps précieux de perdu qui aurait dû servir à retrouver la pertinence et l’autorité que vous aviez avec l’ancien site.

Que faire pendant et après la refonte du site ?

Pendant la mise en ligne

Avant toute chose, ne donnez pas le feu vert pour le lancement si l’une de vos modifications ou votre plan de redirections n’ont pas été testés. Gardez en tête qu’il est beaucoup plus facile de retarder légèrement la mise en production d’une refonte, plutôt que d’annuler les dommages plus tard ou pire, de devoir revenir à l’ancien site web !

La refonte en elle-même est effectuée par l’équipe technique, donc d’un point de vue SEO, vous n’avez qu’à attendre qu’elle soit en place. Vous intervenez dès que le site est en ligne.

Après la mise en production

Vérifier les redirections

La première étape est de retourner à votre fichier de redirections et à l’ancien plan du site pour tester et vous assurer que toutes les anciennes URLS sont bien redirigées vers les nouvelles. Si vous possédez un logiciel de crawl, c’est le moment de lancer un nouveau crawl ! C’est ici que vous pouvez repérer n’importe quelle page en code 404 pour demander rapidement des corrections.

Vérification du fonctionnement global du site

Au-delà des redirections, vous devez vérifier que toutes les pages et leurs points d’optimisation ont bien été transférés de l’ancien site (et de la pré-prod) vers le nouveau. Si votre site web contient beaucoup de contenu dynamique, cela peut s’avérer important car parfois les bases de données et les tables sont oubliées lors de la migration. Par exemple, si vous avez optimisé toutes les balises titre sur le site de pré-production mais que la base de données dans laquelle elles se trouvent n’a pas été mise en ligne au lancement, vous pouvez vous retrouver avec un site en production dont les titres sont manquants, doublés ou “par défaut”. Assurez-vous donc qu’aucune balise title ne manque, que les Hn sont bien implémentés et dans le bon ordre. Pensez également à checker les points “invisibles” comme les attributs alt.

Vérification des codes HTTP et des performances

Vous avez vérifié minutieusement votre pré-production et vous pensez donc à l’abri de codes 404 ou 5XX et de baisse de performances. C’est pourtant une erreur. En effet, l’environnement de pré-production est différent de la production. Elle est un peu trop “aseptisée”. C’est un peu comme faire une étude sur les allergies dans un environnement sans pollens ! Forcément, les résultats ne seront jamais trop mauvais. La différence entre les serveurs, l’hébergement et d’autres charges sur le site de production peut causer des “soubresauts” que vous n’auriez pas trouvés sur le site de pré-prod. Il faut donc repasser au peigne fin les codes HTTP et les performances des différentes catégories. Exécutez par exemple la page d’accueil et les pages clés à l’aide de l’outil de test mobile de Google pour vous assurer que le site obtient une note proche de 100. Lancez également des outils de vitesse de page comme PageSpeed, GTmetrix ou votre outil de crawl pour trouver toutes les zones qui ont besoin d’être optimisées sur le nouveau site. N’oubliez pas également les balises de schema.org que vous avez sur le site afin de ne pas perdre vos extraits enrichis.

Soumettre le nouveau sitemap XML

Vous êtes désormais convaincu du bon fonctionnement de vos redirections et de l’implémentation des différentes optimisations. Il est donc temps de soumettre le nouveau sitemap XML. Assurez-vous qu’il inclut l’ensemble des URLs de destination (et qu’il ne contient ni les paramètres, ni les paginations, etc.). Bien sûr, vérifiez que vos fichiers sitemap XML sont intacts et qu’ils ne comportent pas d’URLS répondant en 404. De même, assurez-vous d’y lister toutes les URLS canoniques et non les URLS dont la canonique pointe vers une autre page qu’elle-même.

Surveiller l’évolution

Maintenant que la phase opérationnelle est passée, vous devez effectuer une surveillance régulière au cours des prochaines semaines. Surveillez par exemple votre compte Google Search Console et Bing Webmaster Tools pour détecter les éventuelles erreurs 404 ou 5xx signalées, les erreurs d’exploration et tout problème HTML détecté sur la page. Suivez également de près votre trafic et votre taux de rebond qui constituent des indices très concrets de la réussite ou de l’échec de votre refonte. Bien sûr, d’autres KPIs sont à analyser en fonction de vos objectifs (taux de conversion, taux de sortie, taux de clics, etc.).

En conclusion

En suivant ces grandes étapes SEO, vous ne devriez pas perdre vos positionnements sur les résultats de recherche organique. Si la refonte est importante, une baisse de trafic temporaire devrait toutefois être constatée, le temps pour Google de “digérer” toutes ces nouvelles informations. Mais si pour une raison quelconque et malgré ces recommandations SEO, votre site perd du trafic au cours des semaines suivant la migration, sachez qu’il n’est jamais trop tard pour récupérer un site dont la migration a échoué (en partie ou totalement). Parfois cela ne tient pas à grand chose : des balises canoniques mal implémentées (qui ne pointent pas vers elles-même), des balises noindex qui ne devraient pas se trouver là, etc.

[Total : 3    Moyenne : 5/5]
Par |2019-08-23T11:47:47+02:00août 1st, 2019|Catégories : Stratégie SEO|0 commentaire

Laisser un commentaire