Loading...
/Quels sont les critères de l’algorithme du PageRank et comment en tirer parti pour améliorer sa popularité ?

Quels sont les critères de l’algorithme du PageRank et comment en tirer parti pour améliorer sa popularité ?

Quels sont les critère de pagerank : on vous dit tout dans cet article.

Sommaire :

Qu’est-ce que le PageRank ?

Autrefois, le PageRank était une donnée officielle de Google qui indiquait l’indice de « popularité » d’un site ou plutôt d’une page d’un site. Le PageRank pouvait en effet varier d’une page à l’autre au sein d’un même site. On le retrouvait sur la barre d’outils « Google PageRank» qui affichait une note de 0 à 10, définie selon les critères d’un algorithme. Cette toolbar a disparu en 2016 et n’a pas été remplacée. Cette année-là, ce fût l’ébullition chez les référenceurs qui se demandaient si la notion de PageRank existait toujours. Aujourd’hui, on peut affirmer que la réponse est : oui et non !
On est bien avancés !
En réalité, le PageRank est inéluctable car il est au cœur de tous les algorithmes de Google. Sans cette notion, comment Google pourrait-il définir les pages à indexer et à positionner ? Il n’est juste plus accessible au public.
De plus, il s’agit d’un critère qui est devenu bien plus complexe qu’avant car il englobe un grand nombre de facteurs issus des différents algorithmes. À l’époque, la valeur d’une page était évaluée en fonction du nombre de liens qu’elle recevait. Mais face à la prolifération des annuaires, pages satellites et autres plateformes d’achats de liens de mauvaise qualité, Google a dû sévir. Aujourd’hui, la qualité des backlinks est devenue tout aussi importante que la quantité, voire plus importante.

Comment fonctionne Google PageRank ?

Le PageRank est tout simplement une formule mathématique, qui se présente comme suit :

PR(A) = (1-d) + d (PR(T1)/C(T1) + …. + PR(Tn)/C(Tn))

Bon, c’était juste pour la petite info, mais ce n’est sans doute pas cette formule qui vous aidera à comprendre son fonctionnement.

Google prend en compte trois facteurs lors du calcul du PageRank d’une page :

  • La quantité et la qualité des pages de liens entrantes
  • Le nombre de liens sortants sur chaque page de liens
  • Le PageRank de chaque page de lien

Prenons les pages A, B et C.

  • La page C reçoit 2 liens : un de la page A et un de la page B.
  • La page A possède un plus fort PageRank que la page B et moins de liens sortants

Introduisez ces informations dans l’algorithme du PageRank et vous obtiendrez le PageRank de la page C.

La formule du PageRank intègre aussi un “facteur d’amortissement” qui simule la probabilité qu’un internaute continue à cliquer sur les liens pendant qu’il navigue sur le Web. L’importance de chaque clic diminue à chaque lien.

En d’autres termes, la probabilité qu’un internaute clique sur un lien sur la première page qu’il visite est élevée. Mais la probabilité qu’il clique ensuite sur un lien situé sur la page suivante est légèrement inférieure… Et ainsi de suite.

Puisque Google a besoin du PageRank de plusieurs pages pour calculer celui d’une seule page, on peut alors se demander comment arrive-t-il à calculer le PageRank de la page initiale ?

Voici un extrait de l’article original sur le PageRank :
Le PageRank ou PR(A) peut être calculé à l’aide d’un algorithme itératif simple et correspond au vecteur propre principal de la matrice de liens normalisée du web.

En d’autres termes, le PageRank peut être calculé même sans connaître le PR des pages liées car c’est un score relatif et non absolu. La qualité d’une page est aussi évaluée en fonction des autres pages, un peu comme les profs qui, à la fin de leurs corrections, ajustent les notes en fonction du niveau global de la classe.

Comment mesurer le PageRank ?

Nous venons donc de voir que la notion de PageRank existe toujours, mais que l’outil officiel permettant d’en prendre connaissance n’est plus disponible. Malheureusement, dans la mesure où il s’agit de données dont seul Google est propriétaire, il n’existe pas de réplique de la toolbar PageRank. Mais il est possible de s’en approcher.

L’URL Rating d’Ahrefs

L’URL Rating est une métrique qui indique la puissance (de 0 à 100) d’un profil de backlinks d’une URL.

Elle est comparable à la formule originale de Google PageRank car elle :

  • Tient compte des attributs « nofollow »
  • Intègre le facteur d’amortissement
  • Prend en compte l’intégralité des URLS trouvées

Toutefois, si l’URL Rating d’Ahrefs nous donne un bon indice sur la popularité d’une page, on ne peut pas l’utiliser comme seul critère officiel. Le PageRank de Google a considérablement évolué au fil des ans et intègre aujourd’hui des critères très évolués, secrètement gardés par Google. Ce seul fait rend donc très difficile de comprendre en quoi l’évaluation d’Ahrefs diffère de l’itération actuelle du PageRank de Google.

Le TrustFlow et le CitationFlow chez Majestic

Le TrustFlow est une mesure qui analyse la fiabilité de votre site en se basant sur la qualité et la thématique des liens. Cette métrique est déterminée par le nombre de clics qu’une page spécifique reçoit d’un ensemble de sites.
L’indice de confiance de votre site augmentera s’il fait autorité et s’il est qualitatif. Cela signifie que votre score TF sera déterminé par la quantité de trafic généré par le lien et la pertinence du site à l’origine du lien.
Tout comme le TrustFlow, le CitationFlow mesure la popularité d’un lien, en se référant au nombre de clics que le lien reçoit. Sa seule différence qu’il ne tient pas compte de la qualité des liens. Autrement dit, si votre site Web possède un CitationFlow plus élevé que le TrustFlow, cela signifie probablement qu’il reçoit beaucoup de liens de mauvaise qualité. Un profil de lien idéal doit donc afficher un parfait équilibre en TrustFlow et CitationFlow, ce qui représente un nuage de points très condensé sur le graph de Majestic.

pagerank-majestic
En mixant des données de quantité et de qualité, les métriques de Majestic tendent donc à se rapprocher des critères du PageRank.

Les Domain Authority et Page Authority de Moz

Le Domain Authority (DA) est une métrique qui prédit le classement d’un site Web dans les SERP (page de résultats de moteur de recherche). Elle varie de 1 à 100. Tout comme pour l’URL Rating, elle est calculée en fonction de plusieurs critères se rapprochant de ceux du PageRank, à la différence qu’il donne un score global, sur l’ensemble du domaine. Moz propose également le score « Page Authority » (PA) pour évaluer la pertinence d’une seule page.
Le DA et le PA de Moz sont accessibles depuis l’extension Chrome gratuite Mozbar, l’outil d’analyse Link, la section SERP Analysis de Keyword Explorer et de nombreux autres outils SEO.

Le LinkJuice, par SEMJuice

Certains spécialistes souhaitant aller plus loin ont développé leurs propres critères de classement. Le LinkJuice développé par SEMJuice figure parmi les plus pertinents à ce jour. Il mélange de nombreuses métriques issues de Majestic, SemRush, Monitorank et bien d’autres, tout en appliquant une savante pondération en fonction de l’importance de chaque critère.
Il est possible de connaître son LinkJuice en s’inscrivant sur la plateforme, destinée en premier lieu à améliorer sa popularité via le netlinking.

Comment améliorer son PageRank ?

Pour préserver et améliorer son PageRank, il faut agir sur 3 leviers : le maillage interne, les liens internes sortants et les backlinks.

Le maillage interne

La façon dont vos pages sont liées entre elles influe sur le PageRank de votre site. En effet, le « jus SEO » qui est envoyé vers votre site depuis des liens externes est souvent envoyé sur la page d’accueil. Cette dernière est le niveau zéro de votre site. À travers les liens internes qu’elle contient, elle transmet la popularité qu’elle reçoit aux autres pages plus profondes du site. Un maillage interne optimisé permet de transmettre ce jus SEO aux pages qui nous intéressent. On parle alors de PageRank interne. Le maillage interne ne permet donc pas d’améliorer son PageRank, mais il permet de le conserver.

Les liens internes sortants

Pour comprendre ce concept, il faut garder en tête cette notion de « jus SEO ». Si une page reçoit du jus de qualité de la page d’accueil, elle a tout intérêt à le conserver. Pour cela, il faut non seulement limiter les liens internes vers les autres pages du site, mais aussi vers d’autres sites. Auquel cas, le PageRank de la page sera « dilué ».

Les backlinks

Les liens externes entrants sont la plus grosse source de PageRank, à condition qu’ils soient de qualité. Il vaut mieux avoir 10 backlinks de qualité sur 10 sites de confiance (et dans notre thématique), que 1000 liens sur des annuaires ou des fermes de contenu. Pour évaluer la qualité des liens que vous pouvez avoir chez vos partenaires, vous pouvez utiliser les métriques disponibles dans Majestic (Trustflow), Moz ou Ahrefs.

Conclusion

Le PageRank conserve donc une importance capitale dans les classements des moteurs de recherche. Malgré la totale opacité de Google sur le sujet, il est toujours possible d’évaluer l’importance d’une page grâce à différentes métriques développées par des acteurs réputés du SEO. Cependant, le PageRank ne doit pas être la seule donnée pour évaluer l’efficacité de ses pages. Il est aussi essentiel de mesurer leurs performances techniques avec des outils comme PageSpeed Insights ou GTmetrix.

[Total : 0    Moyenne : 0/5]
By |2019-04-01T10:05:38+00:00mars 19th, 2019|Categories: Non classé|0 Comments

Leave A Comment