Loading...
/Colibri : la recherche sémantique pour définir l’intention des internautes

Colibri : la recherche sémantique pour définir l’intention des internautes

“Hummingbird” ou “Colibri” est le nom d’un nouveau procédé que Google utilise dans ses algorithmes depuis septembre 2013. Son nom n’a pas été choisi au hasard. Il illustre la précision et la rapidité à laquelle les robots arrivent à interpréter les requêtes des internautes. Dans ce billet, nous allons vous révéler tous les secrets de ce petit oiseau si intriguant !

Sommaire :

Qu’est ce que Google Hummingbird ?

Contrairement aux précédentes mises à jour de Panda et Pingouin qui se caractérisent uniquement par la modification du filtre présent en amont de l’algorithme, Hummingbird lui, a engendré une refonte complète de l’algorithme principal. Même si les fondamentaux des algorithmes sont restés identiques, Hummingbird a illustré la volonté de Google de mieux comprendre les internautes et leurs intentions. Le Colibri est en effet le seul algorithme capable de comprendre une requête de plusieurs mots, dans sa globalité. Auparavant, chaque mot était traité et analysé individuellement. Colibri arrive à comprendre le sens global de plusieurs mots et même une phrase complète. L’objectif est de faire ressortir des pages qui répondent efficacement à la requête globale, plutôt que des pages qui ne concernent que quelques mots de la requête entière.

google-hummingbird

Colibri arrive à comprendre le sens global de plusieurs mots et même une phrase complète. Cliquez pour tweeter

Comment fonctionne Hummingbird ?

Hummingbird est le fruit d’un long travail de recherche sur la sémantique. Un an avant sa sortie, Google avait lancé son Knowledge Graph qui rassemblait un ensemble de fonctionnalités destinées à fournir des réponses rapides et précises aux questions des utilisateurs sur certains sujets. Le Knowledge Graph avait d’ailleurs été décrié par un grand nombre de sites qui se plaignaient de recevoir moins de trafic. En effet, il permettait de répondre très rapidement aux questions fermées des internautes (“quel âge a Claire Chazal ?”), qui n’allaient ainsi plus visiter les sites classés dans les SERP.

On peut alors se demander comment Google arrive t-il à déterminer quels résultats répondent le plus à l’intention de l’internaute ? Et surtout, comment arrive t-il à décrypter l’intention de ses utilisateurs ? La réponse est bien sûr : grâce à la sémantique !

La recherche sémantique permet en effet de faire correspondre les résultats des SERP aux différents mots qui composent les requêtes des internautes au-delà même de la signification de chaque mot pris individuellement.

Ce n’est pas clair ? Prenons l’exemple de la requête “gâteau au chocolat”

Grâce à la recherche sémantique et à l’extrapolation, Google propose non seulement des recettes, mais aussi des informations nutritionnelles et d’autres sujets liés à la fabrication ou à la consommation de gâteau au chocolat. Avant Colibri, l’algorithme se serait contenté d’afficher des pages traitant de gâteau + chocolat.

Cette maîtrise croissante des champs sémantiques permet aux algorithmes de comprendre “les entités du monde réel et leurs relations les unes avec les autres”. Hummingbird interprète donc chaque requête en l’adaptant à un contexte.

En résumé, la technologie chargée de comprendre le langage de recherche mot à mot n’était pas en mesure d’évaluer l’intention. C’est pourquoi les développements de la recherche sémantique et la mise en place de Hummingbird ont été une véritable révolution.

Plutôt puissant pour un si petit oiseau, non ?

Quel peut être l’impact sur le référencement naturel de mon site ?

Si Google a annoncé l’arrivée de Hummingbird le 26 Septembre 2013, il a en réalité été déployé 1 mois avant. Les précédentes mises à jour des algorithmes Panda ou Pingouin avaient déclenché de vives réactions dans la communauté SEO, car beaucoup de sites furent déclassés. Hummingbird lui ne semblait pas avoir d’impacts négatifs drastiques sur le web en général. On lui attribuait même une influence positive sur les données du Knowledge Graph.

Toutefois, si votre site a connu une baisse du trafic ou du positionnement de certaines pages stratégiques, vous pouvez d’ores et déjà vérifier les dates de chaque mise à jour de Google, tous algorithmes confondus. Il se peut très bien que cette évolution soit due à Panda ou Pingouin et pas forcément Hummingbird.

Rétrospectivement, la création de Hummingbird pourrait être considérée comme une première étape vers la compréhension et l’interprétation de la recherche vocale. En effet, en 2013, lorsque Hummingbird a été lancé officiellement, le terme de “recherche conversationnelle” faisait déjà des vagues dans la communauté SEO. Elle constituait les prémices de la recherche vocale qui a obligé Google à développer des technologies capables de comprendre le langage naturel et/ou des questions précises comme “Quel est le meilleur restaurant de sushis à Lyon ? “.

google-hummingbird-algorithme

Alors que la communauté SEO s’inquiétait des effets de Hummingbird sur le web en général, les sites locaux ont fait face à certaines retombées de la mise à jour. Au début, Hummingbird semblait ajouter de nombreux résultats locaux peu pertinents. Par exemple, une requête comme “Auchan” donnait une réponse unique au lieu de distinguer les différentes franchises locales. Google ne parvenait pas à offrir une expérience pertinente aux utilisateurs. Ce problème plutôt gênant et frustrant a depuis été en grande partie résolu.

Comment répondre aux attentes de Hummingbird ?

Le conseil le plus pratique pour les propriétaires de sites est sans nul doute de s’assurer que le langage naturel se reflète dans le contenu de leur site. Hummingbird peut être considéré comme une passerelle entre les anciennes pratiques (plutôt spammy !) et le référencement moderne qui cherche à comprendre la langue naturelle des lecteurs, en utilisant leurs propres mots. Comme Hummingbird utilise des phrases, plutôt que des mots clés, les requêtes issues de la longue traîne sont susceptibles de devenir plus importantes que jamais en SEO. Le contenu du type “Comment faire…” est également très utile, étant donné que les internautes posent directement des questions à Google.

Si vous offrez une prestation de service, en tant que professeur d’anglais par exemple, vous auriez tout intérêt à parsemer votre contenu de phrases comme « apprendre l’anglais » « trouver un prof d’anglais » plutôt que de vous contenter de multiplier le mot clé « professeur d’anglais ».

“Les sites capables d’identifier et de formuler habilement des réponses aux questions les plus populaires du public sont ceux qui seront jugés les plus pertinents par Google.”

Lorsque votre site correspond en tout point à l’intention de l’utilisateur, il est possible non seulement d’obtenir un bon classement organique et local, mais aussi de le placer dans le Knowledge Graph ou la sacro sainte position zéro. Aujourd’hui, votre référencement naturel devrait se baser sur la recherche d’interaction directe avec votre public, la recherche de mots clés et la recherche sémantique, qui sont les clés de la réussite.

Voici d’autres astuces pour vous faire comprendre du Colibri :

Adaptez votre stratégie de mots clés pour les requêtes conversationnelles : préférez par exemple les phrases / titres sous forme de questions. Celles-ci vous permettront de dégager certaines problématiques auxquelles vous n’auriez pas forcément pensé.
Tirez parti des synonymes et des termes co-occurrents : il s’agit tout simplement ici d’un travail de sémantique. Il existe des outils pour vous aider à trouver ces termes, comme SmartKeyword ou YourText.guru.
N’hésitez pas à citer des concurrents : aussi étrange que cela puisse paraître, vous êtes sémantiquement lié à vos concurrents. Si le texte le permet, les citer ne pourra qu’enrichir votre champ sémantique.
Repensez vos ancres : ne vous contentez plus d’ancres exactes, mais élargissez-les en utilisant des mots faisant partie du champ sémantique
Utilisez les données structurées : il s’agit du un moyen idéal d’obtenir une visibilité supplémentaire dans le Knowledge Graph, dans le carrousel des résultats de recherche ou même de vous hisser en position zéro. Ces données structurées vous permettent d’enrichir facilement vos pages.
Optimisez vos images et plus particulièrement leurs attributs alt, qui permettent à Google de “lire” l’image et donc par extension, de mieux comprendre le sens global de la page.

Conclusion

La plupart des utilisateurs de Google profitent chaque jour de ces fonctionnalités de recherche améliorée rendues possibles par Google Hummingbird. Aussi titanesques que soient les chantiers pour la recherche sémantique et la technologie de reconnaissance vocale, un grand nombre d’entre eux ne se rend même pas compte de l’importance de ces développements, auxquels ils participent activement à travers les recherches qu’ils font quotidiennement. Pour les annonceurs, Hummingbird implique des changements majeurs dans le contenu des sites qui doit être profond et riche sémantiquement parlant et ne doit plus se contenter de lister ou bourrer de mots clés.

[Total : 1    Moyenne : 5/5]
Par |2019-09-11T16:31:46+02:00avril 23rd, 2019|Catégories : Guide SEO|0 commentaire

Laisser un commentaire